Case faible

De Wiki expérimental
Fichier:Page en construction.png
Cet article est une ébauche à compléter.
Vous pouvez partager vos connaissances en le modifiant.

{{#invoke:Bandeau|bandeauAvertissement}}


Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
a8 b8 c8 d8 e8 f8 g8 [[Fichier:c

d.png|26px|h8]]

a7 b7 c7 d7 e7 f7 [[Fichier:cpd

d.png|26px|g7]]

h7
a6 b6 c6 d6 e6 [[Fichier:cbl

d.png|26px|f6]]

g6 h6
a5 b5 c5 d5 [[Fichier:c

d.png|26px|e5]]

f5 g5 h5
a4 b4 c4 [[Fichier:c

d.png|26px|d4]]

e4 f4 g4 h4
a3 b3 [[Fichier:c

d.png|26px|c3]]

d3 e3 f3 g3 h3
a2 [[Fichier:cpl

d.png|26px|b2]]

c2 d2 e2 f2 g2 h2
[[Fichier:crl

d.png|26px|a1]]

[[Fichier:cFischer-César Muñoz, 1960, position après 14. Fh6

l.png|26px|b1]]

c1 d1 e1 f1 g1 h1
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
{{{75}}}
Aux échecs, une case faible est une case qui ne peut pas être facilement défendue contre les éventuelles attaques adverses.

Un exemple célèbre

C'est pour éviter une case faible en h6 (après h4-h5) que Modèle:Lien s'est refusé à tout échange de son Fou g7 par le Fou en h6 de Bobby Fischer dans la très célèbre partie[1] que ce dernier a perdue lors de l'Olympiade d'échecs de 1960 qui s'est déroulée à Leipzig (RDA)[2].

Faiblesse des cases d'une couleur


Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
a8 b8 c8 d8 e8 f8 g8 [[Fichier:c

d.png|26px|h8]]

a7 b7 c7 d7 e7 f7 [[Fichier:cpd

d.png|26px|g7]]

h7
a6 b6 c6 d6 e6 [[Fichier:c

d.png|26px|f6]]

g6 h6
a5 b5 c5 d5 [[Fichier:c

d.png|26px|e5]]

f5 g5 h5
a4 b4 c4 [[Fichier:c

d.png|26px|d4]]

e4 f4 g4 h4
a3 b3 [[Fichier:c

d.png|26px|c3]]

d3 e3 f3 g3 h3
a2 [[Fichier:cpl

d.png|26px|b2]]

c2 d2 e2 f2 g2 h2
[[Fichier:c

d.png|26px|a1]]

[[Fichier:cV. Inkiov-T. Liberios, Plovdiv, 1982, trait aux Blancs

l.png|26px|b1]]

c1 d1 e1 f1 g1 h1
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
{{{75}}}
L'échange ou la perte d'un Fou peut rendre faibles toutes les cases de la couleur qui était contrôlée par ce Fou. On parle alors de faiblesse des cases blanches ou faiblesse des cases noires. L'exploitation d'une faiblesse des cases blanches ou noires se fait en échangeant ou prenant le Fou de la couleur en question, puis en plaçant ses propres pièces sur les cases de cette couleur[3]. Avoir toute une faiblesse des cases d'une certaine couleur est habituellement un grand handicap, car les pièces adverses peuvent s'installer sur ces cases impunément[4]. Elles peuvent de là attaquer impunément les cases de la couleur opposée.

Dans la partie Inkiov-Liberios ci-contre, les Noirs ne souffraient pas encore d'une faiblesse des cases blanches, mais les Blancs en provoquèrent une par 1. Fxf7+! Les Noirs abandonnèrent après 1...Rxf7 2. Dxh7 Dh6 3. Df5+ Rg8 4. Tg6 Dd2 5. De6+ Rh7 6. Tg4 Tc4 7. e4[5]. Voilà un exemple frappant de la puissance de la pensée en termes de faiblesse des cases d'une couleur.

Notes et références

  1. une attaque yougoslave de la variante du dragon.
  2. Partie commentée sous chessgames.com.
  3. Per Ostman, Your best move : A structured approach to move selection in chess, Everyman Chess, 2011, ISBN 9-781857-446609, page 118.
  4. Per Ostman, Your best move : A structured approach to move selection in chess, page 118.
  5. Per Ostman, Your best move : A structured approach to move selection in chess, page 145.

Voir aussi

Articles connexes

Modèle:Portail échecs