Roi et tour contre roi et pion

De Wiki expérimental

{{#invoke:Bandeau|bandeauAvertissement}}

Au jeu d'échecs, la finale roi et tour contre roi et pion (ou roi et pion contre roi et tour) peut recéler des subtilités insoupçonnées. L'exemple le plus célèbre est la position de Saavedra. Un autre exemple est donné par la position suivante, où les Blancs doivent gagner un temps par rapport à la « suite normale » 1. Rb1? h4 2. Rc1 h3 3. Rd2 h2 4. Th8 Rg3 5. Re2 Rg2 6. Tg8+ Rh1 qui ne les mène à rien[1]:


Reuben Fine, 1941


Chess zhor 26.png
Chess zver 26.png
a8 b8 c8 d8 e8 f8 g8 [[Fichier:c

d.png|26px|h8]]

a7 b7 c7 d7 e7 f7 [[Fichier:c

d.png|26px|g7]]

h7
a6 b6 c6 d6 e6 [[Fichier:c

d.png|26px|f6]]

g6 h6
a5 b5 c5 d5 [[Fichier:cpd

d.png|26px|e5]]

f5 g5 h5
a4 b4 c4 [[Fichier:c

d.png|26px|d4]]

e4 f4 g4 h4
a3 b3 [[Fichier:c

d.png|26px|c3]]

d3 e3 f3 g3 h3
a2 [[Fichier:c

d.png|26px|b2]]

c2 d2 e2 f2 g2 h2
[[Fichier:c

d.png|26px|a1]]

b1 c1 d1 e1 f1 g1 h1
Chess zver 26.png
Chess zhor 26.png
{{{75}}}

Notes et références

  1. Modèle:Ouvrage

Modèle:Portailit:Finali di torre#Re e torre contro re e pedoni